A la une

Désaveu, Search Console et Index Mobile First : la semaine SEO du 11 au 17 janvier 2019

Abondance (Olivier Andrieu) - ven, 01/18/2019 - 08:42

Petit rappel sur l'actualité du SEO, du référencement naturel et des moteurs de recherche en France et dans le monde pour la semaine qui vient de s'écouler (du 11 au 17 janvier 2019)... La newsletter "Actu Moteurs" (hebdomadaire et gratuite) numéro 1048 de cette semaine a été envoyée le jeudi 17 janvier. Vous pouvez vous […]

L’article Désaveu, Search Console et Index Mobile First : la semaine SEO du 11 au 17 janvier 2019 est apparu en premier sur Abondance.

Catégories: A la une

Bibliothèques et exception handicap

Echos Doc - jeu, 01/17/2019 - 23:53
La FiLL signale, ce 16/01/19, la publication par le ministère de la Culture d’un « Vade-mecum relatif à la mise en œuvre de l’exception au droit d’auteur en faveur des personnes handicapées dans les bibliothèques publiques » (décembre 2018). Lien
Catégories: A la une

« ORCiD: nom de code de la science ouverte »

Echos Doc - jeu, 01/17/2019 - 23:53
‘Tribune Compétences Informatuionnelles’ propose, ce 15/01/19, un large billet sur « ORCID » (’identifiant numérique associé à un acteur de la recherche). Lien
Catégories: A la une

e-administration : Jacques Toubon met en garde contre le tout-dématérialisation

Archimag - jeu, 01/17/2019 - 15:30
  • Le Défenseur des droits demande le maintien du support papier dans les relations entre l'administration et les usagers. Il souhaite également affecter une partie des économies engendrées par la dématérialisation à l'accompagnement des millions de citoyens éloignés du numérique.

    A rebours du discours dominant sur les bienfaits de la dématérialisation, le Défenseur des droits met en garde contre les inégalités d'accès aux services publics en ligne. Dans un rapport dévoilé aujourd'hui, Jacques Toubon dresse un constat : 7 millions de personnes (12 % de la population française) ne se connectent jamais à internet. Et 18 millions de citoyens s'estiment incompétents lorsqu'il s'agit d'utiliser un service public en ligne.

    [...] Lire la suite de cet article sur Archimag.com
  • Catégories: A la une

    Bibliothécaires, archivistes et documentalistes : vos lectures professionnelles à la loupe

    Archimag - jeu, 01/17/2019 - 10:41
  • Les bibliothécaires, les documentalistes et les archivistes se détachent-ils de la lecture professionnelle par manque d'intéret ou parce que l'offre est trop pauvre ? Un sondage révèle que les raisons sont ailleurs.[...] Lire la suite de cet article sur Archimag.com
  • Catégories: A la une

    Bienvenue dans le World Wide Fake

    Affordance (Olivier Ertzscheid) - jeu, 01/17/2019 - 08:49

    Reproduction pour archivage personnel de la tribune parue dans l'édition papier et numérique du journal Libération en date du 16 Janvier 2019.

    ==============================================================================

    Le Web existe officiellement depuis le mois de Mars 1989. Il s'est construit sur différentes strates, dont la rétro-archéologie pourrait être la suivante. 

    D'abord le World Wide Web. Le web des documents : ses utilisateurs, ses ingénieurs, ses interfaces et ses intérêts économiques, tout sur la planète web tourne autour de l'axe documentaire. Il faut indexer, classer, donner accès à ce qui va très vite devenir une quasi-infinité de documents d'abord disponibles sous forme de texte, puis d'images, dans des pages et des sites. Ensuite un World Live Web car tout s'accélère, de la production des contenus à leur mise à disposition quasi-instantanée dans les architectures de moteurs de recherche qui se font désormais fort d'indexer toute l'actualité et ce en temps réel.  Puis le World Life Web. L'axe autour duquel tourne toute la planète web n'est plus celui des documents mais celui des "profils". Ce qui change ... tout, tant sur le plan trivial de l'ergonomie que sur celui - crucial - de l'économie. Enfin avec l'internet des objets vient alors le règne du World Wide Wear. Les interfaces sont désormais celles de nos vêtements, elles siègent sous la forme d'enceintes connectées au milieu même de nos maisons. Des technologies littéralement "prêtes à porter" autant qu'elle sont prêtes et toujours "à portée". Et avec elles, bien sûr, l'anecdotisation des régimes de surveillance qui conduit tout droit au World Wide Orwell, lequel n'ambitionne rien moins de s'approcher toujours davantage de notre cerveau au moyen d'interfaces dites neuronales augurant d'un World Wide Brain totalement flippant. Nous sommes aujourd'hui à l'étape d'après. 

    Celle du World Wide Fake. Un environnement, un écosystème dont l'essentiel des interactions sont artificiellement fabriquées sur la base d'une spéculation qui n'a d'autre but que de s'entretenir elle-même. Issue d'une forme de capitalisme linguistique se déclinant en un capitalisme de surveillance, cette spéculation avait initialement pour but de nous maintenir le plus attentionnellement captifs possible, nous rappelant sans cesse qu'il fallait interagir, notamment par le biais de ces contremaîtres cognitifs que sont les notifications. 

    Mais aujourd'hui le "faux" se déploie au sein des architectures techniques toxiques de plateformes prédatrices qui ont presque totalement phagocyté tout ce qui fut l'espace public du web, et contraint nos usages à prendre place dans ces espaces privés et privatifs. Et cela change tout.

    Car il n'y a pas que les nouvelles qui sont fausses. Aujourd'hui "de faux internautes avec de faux cookies et de faux comptes sur des réseaux sociaux, effectuent de faux mouvements de souris, activent de faux clics vers de faux sites web (....), créant un simulacre d'internet dans lequel la seule chose encore réelle ce sont les publicités" écrit Max Read dans un papier pour le New York Magazine. Ces mêmes publicités qui font que "nous créons une dystopie juste pour pousse les gens à cliquer dessus" comme l'expliquait déjà l'année dernière la chercheuse Zeynep Tufekci.

    Déjà en 2014, un autre analyste écrivait : "À la fin de cette décennie, les bots seront plus nombreux que les êtres humains. À la fin de la prochaine décennie, ils seront plus nombreux que nous dans une proportion de  un pour 1.000.000. Ils seront partout. Dans chaque système, dans chaque maison, dans chaque objet. C'est déjà le cas. Par exemple : 8,5% des utilisateurs de Twitter, c'est à dire la quantité énorme de plus de 23 millions de comptes,  ne sont pas des êtres humains. Ce sont des bots. Ces robots sont des comptes autonomes qui publient sans aucune interaction humaine.” Nous y sommes et dans des proportions encore plus ahurissantes : presque 52% du trafinc internet mondial en 2016 a été généré par des bots. Rien que sur Twitter, en 2018, plus de deux-tiers des liens vers des sites web populaires sont automatisés et postés par des bots. De faux utilisateurs donc.

    Le faux est souvent l'autre nom du mensonge. Et on semble découvrir que tout le monde (nous) ment sur le web. Puisque chacun est seul à disposer de ses propres chiffres au service des ses propres certitudes ou de ses propres intérêts comment pourrait-il en être autrement ? On a découvert presque étonnés que Facebook avait menti sur les chiffres d'audience de ses vidéos, qu'il mentait également sur les métriques liées à "l'engagement". On a découvert que Google mentait si on lui posait la question de savoir si l'Holocauste avait vraiment existé. On a compris qu'en plus de leurs architectures techniques toxiques les grandes plateformes disposaient chacune de leur propre régime de vérité - celui de la popularité pour Google et celui de l'engagement pour Facebook - qui rendaient encore plus difficile la construction d'un espace culturel commun permettant de faire société, a fortiori quand la langue même est l'objet de spéculation du capitalisme linguistique décrit par Frédéric Kaplan dès 2011

    Partout se multiplient les "fermes à clic" dans lesquelles des centaines ou des milliers de téléphones portables alignés regardent et "likent" en boucle la même vidéo ou attribuent des étoiles à telle ou telle application qu'il importe de faire remonter dans les "stores" des grandes plateformes. Des pans entiers d'une économie qui n'a pourtant rien de souterraine sont bâtis sur des processus spéculatifs qui ne reposent plus sur rien de réel, de tangible, d'avéré, de mesurable.  Au niveau géopolitique même, de faux-comptes utilisant de fausses publicités ont permis d'influencer le résultat de vraies élections.  

    Les technologies de l'artefact, les "Deep Fakes" qui permettent à moindre coût de truquer le réel avec un effet de vraisemblance quasi-indétectable sont aujourd'hui en passe de devenir des technologies "grand public" : on peut remplacer le visage d'un acteur par celui d'un autre dans un film mais également modifier la vocalisation du discours tenu par un homme politique en gardant la synchronisation de ses lèvres pour lui faire dire ce que l'on veut. Ce faisant, c'est tout ce qui dans notre société permettait d'établir la valeur de preuve d'une image, d'un discours, d'un témoignage ou d'un fait, qui vole en éclat et qu'il nous faut réapprendre à définir et à construire.  

    Voilà des années qu'avec d'autres je milite pour une prise en compte et une intervention sur la dimension non pas économique mais simplement politique des grandes plateformes. De l'élection de Trump à celle de Bolsonaro et du rôle qu'ont pu y jouer Facebook pour l'un ou WhatsApp pour l'autre, de l'implication de Facebook dans la prolifération des discours de haine dans le contexte du génocide des Rohingyas jusqu'au Brexit, de la fracture de plus en plus marquée entre le monde politique, le monde médiatique et les interactions de celles et ceux qui se vivent comme autant d'invisibles et de déclassés n'ayant plus que l'espace de ces plateformes comme placebo démocratique, l'urgence est aujourd'hui réelle. La montée des populismes un peu partout dans le monde n'en est que l'un des symptômes les plus visibles.

    Hannah Arendt est morte en 1975 et n'a donc jamais connu internet. Dans un entretien de 1974 sur la question du totalitarisme elle écrivait ceci :

    "Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n'est pas que vous croyez ces mensonges, mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire un opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d'agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et avec un tel peuple vous pouvez faire ce qu'il vous plaît."

    C'est très exactement cela, le risque et la promesse du World Wide Fake si nous n'y faisons rien : la conjugaison d'un emballement spéculatif autour d'une industrie publicitaire de la falsification et de l'altération et l'annonce d'un effondrement de notre capacité collective à faire société dans un espace public commun. Et à la fin, "avec un tel peuple, vous pouvez faire ce qu'il vous plaît."

    ==============

    Apostille. Je reste un enthousiaste de ces technologies. Je continue de croire avec Benjamin Bayard que "l'imprimerie a permis au peuple de lire, Internet va lui permettre d'écrire". Je crois aussi que si Internet et l'imprimerie nous ont offert cela c'est d'abord parce qu'ils ont fait de la circulation des lectures et des écrits dans l'espace public la condition première de leur appropriation à l'échelle privée. Et qu'aujourd'hui le World Wide Fake dans lequel circulent les lectures, les écrits et les points de vue n'est qu'un espace privatif qui vit l'espace public comme une concurrence à réduire et à soumettre à ses seuls intérêts marchands. Et que c'est cela que nous devons expliquer et combattre. 

    Catégories: A la une

    Index Mobile First : Google regroupe ses notifications pour la Search Console

    Abondance (Olivier Andrieu) - jeu, 01/17/2019 - 06:00

    Depuis quelques jours, Google regroupe les messages d'alertes qu'il envoie aux webmasters dans la Search Console afin de ne pas multiplier les informations redondantes. Ce sont les notifications d'intégration d'un site dans l'Index Mobile First qui ont eu la primeur de ce changement. Mais d'autres actions semblables pourraient suivre à l'avenir... Si, comme nous, vous […]

    L’article Index Mobile First : Google regroupe ses notifications pour la Search Console est apparu en premier sur Abondance.

    Catégories: A la une

    2018 : forte augmentation de l’accès ouvert

    Echos Doc - mer, 01/16/2019 - 17:22
    ‘Ouvrir la science’ signale et commente, ce 16/01/19, la publication par le blog canadien « The Imaginary Journal of Poetic Economics » de statistiques sur le développement de ressources en accès libre dans les principaux répertoires et dépôts en 2018. Lien
    Catégories: A la une

    Statistiques sur les BU américaines et canadiennes

    Echos Doc - mer, 01/16/2019 - 17:22
    L’Association of Research Libraries (ARL) annonce, ce 15/01/19, la publication de trois ensembles de statistiques ARL Statistics 2016–2017, ARL Academic Law Library Statistics 2016–2017, et  ARL Academic Health Sciences Library Statistics 2016–201, relatives aux collections, personnels, dépenses et services de ses membres américains et canadiens. Lien
    Catégories: A la une

    Search Console : le module d’Inspection de l’URL propose plus d’infos

    Abondance (Olivier Andrieu) - mer, 01/16/2019 - 14:00

    Google vient de compléter l'outil d'Inspection de l'URL dans la Search Console avec d'autres informations (la plupart déjà disponibles dans l'ancienne version) : code HTML, ressources bloquées, réponse HTTP, etc. C'est sur Twitter que l'équipe de développement de la Search Console vient d'annoncer une série de nouveautés dans la zone "Inspection de l'URL" de l'outil […]

    L’article Search Console : le module d’Inspection de l’URL propose plus d’infos est apparu en premier sur Abondance.

    Catégories: A la une

    L'ALIPH, sauveuse du patrimoine en danger, est enfin opérationnelle

    Archimag - mer, 01/16/2019 - 10:40
  • L'ALIPH, qui vise à devenir l'un des acteurs principaux de la protection du patrimoine culturel dans le monde, a déjà investi plus d'un million de dollars dans ses missions.

    L’Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones de conflit (ALIPH), initiative née de la France et des Emirats Arabes Unis en 2017, a commencé ses premières missions de protection du patrimoine (une au Mali et deux en Irak). L'objectif de l'ALIPH est de protéger le patrimoine en danger dans des zones de tensions géopolitiques et de conflits.

    Son ambition: devenir en trois ans l'un des acteurs principaux de la protection du patrimoine culturel dans le monde.

    [...] Lire la suite de cet article sur Archimag.com
  • Catégories: A la une

    Concours conservateur territorial des bibliothèques 2019

    Voici les principales dates à retenir pour le concours de conservateur territorial des bibliothèques 2019 : Inscriptions : du 18 mars au 12 avril 2019 (date limite de dépôt des dossiers : 19 avril) Épreuves écrites d’admissibilité : 27 et … Lire la suite →
    Catégories: A la une

    Quand Google parle de son propre SEO…

    Abondance (Olivier Andrieu) - mer, 01/16/2019 - 08:20

    Une fois n'est pas coutume, Google vient de publier un article dans lequel il explique la façon dont le SEO est géré en interne sur les 7 000 sites de l'entreprise gérés au quotidien. Globalement, les référenceurs "in house" de Google ne sont pas mieux lotis que nous, même si ils travaillent dans le cœur […]

    L’article Quand Google parle de son propre SEO… est apparu en premier sur Abondance.

    Catégories: A la une

    « Booster l’efficacité de votre veille en la personnalisant »

    Echos Doc - mar, 01/15/2019 - 18:59
    Le blog de ‘Recherche-éveillée’ a mis en ligne en accès libre, ce 10/01/19, un article (paru initialement dans le Guide pratique Archimag n°63)  intitulé : « Booster l’efficacité de votre veille en la personnalisant ». Lien
    Catégories: A la une

    Guillaume Champeau : "On apprend aux humains dès l'enfance à traiter les robots comme leurs semblables et c'est très grave"

    Archimag - mar, 01/15/2019 - 15:40
  • Guillaume Champeau est un spécialiste des questions éthiques liées au numérique. Fondateur et ancien rédacteur en chef de Numerama (de 2001 à 2016), il est aujourd'hui directeur de l'éthique et des affaires juridiques de Qwant, le moteur de recherche français qui ne collecte pas les données de ses utilisateurs et garantit le non filtrage des résultats. En ce début d'année 2019, il nous a fait part de ses points de vigilance en matière numérique. 

    Les abonnés d'Archimag pourront également découvrir un portrait de Guillaume Champeau dans notre numéro de février, en préparation.

    [...] Lire la suite de cet article sur Archimag.com
  • Catégories: A la une

    Quel genre de bibliothécaire êtes-vous (en un Gif) ?

    Archimag - mar, 01/15/2019 - 10:30
  • Les Gif sont dotés d'un immense pouvoir : ils peuvent résumer une grande idée, une émotion ou une situation en une seule image animée. Et ces petits mèmes numériques pullulent sur les réseaux sociaux. Cette semaine, un tweet lancé par un bibliothécaire américain a suscité l'enthousiasme (et l'engagement) dans la communauté des bibliothécaires.

    "En utilisant un seul Gif, décrivez quel genre de bibliothécaire vous êtes". C'est le message posté par Andy Woodworth (@wawoodworth), un bibliothécaire-blogueur du New Jersey (aux Etats-Unis). Son post a déjà reçu plus de 550 réponses, savoureuses, dans lesquelles chacun peut se reconnaître, sans se prendre au sérieux. De quoi nous donner envie d'en partager quelques-uns avec vous, et pourquoi pas de lancer un hashtag dédié aux bibliothécaires francophones : #MoiBibliothecaire. Allez-y, lancez-vous !

    [...] Lire la suite de cet article sur Archimag.com
  • Catégories: A la une

    Le Finistère libère ses données

    Archimag - mar, 01/15/2019 - 10:14
  • Le Conseil départemental du Finistère vient d'ouvrir son portail open data avec un premier lot de 40 jeux de données.

    La Bretagne confirme sa réputation de région connectée. Le Conseil départemental vient de lancer son portail open data avec un premier lot de 40 jeux de données. 

    Au programme : la liste des oeuvres exposées au Musée départemental breton, les statistiques relatives au trafic routier dans le département, la projection des effectifs d'élèves dans les collèges finistériens... Au total, les jeux de données couvrent l'ensemble des activités du CD 29 (finances publiques, culture, social, environnement, etc). 

    [...] Lire la suite de cet article sur Archimag.com
  • Catégories: A la une

    Pourquoi et comment utiliser des noms de domaine expirés en SEO ?

    Abondance (Olivier Andrieu) - mar, 01/15/2019 - 09:52

    Le monde du SEO, en France et dans le Monde, fait les yeux doux aux noms de domaines expirés, qui peuvent être utilisés de plusieurs façons pour améliorer la visibilité d'un site web. Mais ces « expirés » ne sont pas uniquement utilisés au travers de stratégies « black hat » de bas étage, et […]

    L’article Pourquoi et comment utiliser des noms de domaine expirés en SEO ? est apparu en premier sur Abondance.

    Catégories: A la une

    SEO International. 3ème partie : les balises Hreflang

    Abondance (Olivier Andrieu) - mar, 01/15/2019 - 09:48

    Certains sites se doivent de mettre en place une stratégie SEO à l'international pour passer outre la frontière d'un seul pays pour leur visibilité. La prise en compte de cet aspect, de cette évolution et de cette expansion, n'est pas chose simple en SEO et il est surtout très important de partir sur des bases […]

    L’article SEO International. 3ème partie : les balises Hreflang est apparu en premier sur Abondance.

    Catégories: A la une

    Recherche de mots clés à forte valeur ajoutée : comment faire ?

    Abondance (Olivier Andrieu) - mar, 01/15/2019 - 09:45

    La phase de recherche de mots clés est bien entendu indispensable lors de la mise en place d'une stratégie de visibilité (SEO/SEA). Mais la méthodologie pour ce faire peut s'avérer complexe en fonction de la thématique traitée et des outils utilisés. Cet article a pour vocation de vous donner une marche à suivre, pas à […]

    L’article Recherche de mots clés à forte valeur ajoutée : comment faire ? est apparu en premier sur Abondance.

    Catégories: A la une